· 

L'enfant qui ne voulait plus prendre son bain !

Marie à ce moment oriente son regard vers moi. Elle me scrute de ses grands yeux bleus. Je m'adresse à elle et lui demande si elle a déjà été dans une piscine ? Pas de réponse. Prend-t-elle des bains à la maison ? Comment cela se passe-t-il ?

Elle tourne brusquement la tête vers sa maman, guette le regard de son papa et le fixe droit dans les yeux... puis se cache contre sa maman !

Son papa : Voilà plus de 6 mois qu'elle ne veut plus entrer dans la baignoire. C'est la guerre tous les jours. Impossible de la laver ou de lui laver les cheveux.

Nous avons tout essayé. Que ce soient récompenses, punitions, cadeaux, menaces, injonctions, ... rien n'y fait.

 

J'interroge alors les parents sur comment se passaient les séances de bain 6 mois auparavant. Y aurait-il eu un évènement, un incident qui aurait pu provoquer ce changement de comportement de la part de Marie ? Savez-vous ce qui a déclenché cette réaction de refus ?

Sa maman : nous avons chercher s'il n'y avait pas eu une chute ou si elle ne se serait pas fait mal contre la robinetterie. Nous n'avons rien trouvé.

Que s'est-il passé lorsque l'enfant avait 2 ans et demi ?

 

Au vu de mes expériences et compétences, je ne peux comprendre comment une enfant de 3 ans puisse ainsi avoir peur de l'eau sans raison apparente. Un évènement doit avoir déclenché une telle réaction. Peut-être extérieure à l'enfant et ayant enclenché des conséquences "désastreuses" :

- les parents : elle aimait prendre son bain; c'était un bon moment de détente pour elle et pour nous ; c'était la crise lorsqu'elle devait sortir de l'eau.

 

Actuellement, la situation est inversée. C'est la "guerre" dès que l'heure de rejoindre la salle de bain approche. Plus les parents insistent et plus Marie s'oppose. D'après ses parents, elle attrape un « mauvais caractère et n'en fait qu'à sa tête » !

 

Je reprends mes investigations auprès des parents et je ne quitte pas des yeux la petite fille :

- Y aurait-il eu dans votre entourage quelque chose de l'ordre d'un incident qui aurait un lien avec la noyade ?

- Auriez-vous été témoin d'un accident en réel ou à la TV qui aurait suscité une vive réaction chez vous ?

Noeud de l'histoire

 

Un blanc, un silence. Marie quitte les genoux de sa maman et se précipite sur ceux de son papa. Le père est surpris et change d'attitude; son épouse le regarde d'un oeil interrogateur. Je croise le regard de l'enfant... Elle me fixe puis ses yeux voyagent du plan d'eau vers moi puis de moi vers ses parents pour à nouveau contempler l'eau calme et bleutée de la piscine.

Pendant tout l'entretien, il m'était impossible d'entrer en contact avec elle. Maintenant, elle me fixe, elle semble se détendre.

J'ai l'impression d'avoir touché quelque chose d'important !

 

Sa maman prend alors la parole en lançant un regard interrogateur vers son conjoint :

- Il y a environ 6 mois, mon mari s'est disputé avec sa soeur, la marraine de Marie. Depuis ils ne se parlent plus et nous ne nous voyons plus alors que Marie rencontrait sa marraine toutes les semaines. Le contact passait très bien entre elles deux.

 

Je demande alors au papa s'il veut bien m'en dire plus ?

- En quoi cette affaire de "grandes personnes" aurait une influence sur le comportement de sa petite fille ?

Il est sceptique mais consent à raconter ce qui s'est passé.

- Après tout ... On a tout essayé ... alors, une histoire de plus !

 

Lors du repas de Noël en famille, 6 mois plu tôt, la maman de Monsieur fait allusion à son passage en clinique lors des dernières vacances. Monsieur savait que sa maman était partie à la Côte méditerranéenne avec sa soeur, son beau-frère et leurs enfants. Il ignorait ce passage en clinique et souhaite un peu plus d'explications.

- Maman s'était aventurée un peu trop loin dans la mer. Elle avait failli se noyer ... sauvetage, hospitalisation d'un jour par sécurité, etc. ... On n'en parlerait pas ... on n'inquiéterait pas la famille ! Les mois s'étaient passés dans l'insouciance familiale jusqu'à ce repas de Noël ou Maman avait enfreint la loi du silence par une réflexion aussi banale qu'anecdotique.

- J'ai alors été pris d'une colère intense à l'encontre de ma mère, de ma soeur et de toute la famille. Je me sentais exclu, trahi, rejeté par ma famille... Maman aurait pu mourir ... J'ai donc entraîné mon épouse et Marie dans la voiture et nous sommes rentrés à la maison. Depuis, c'est la séparation.

 

Pendant qu'il me racontait cet évènement, j'observais Marie avec la plus grande attention :

  • elle avait quitté le giron paternel
  • elle arpentait le bord du bassin;
  • elle observait les jouets ;
  • elle les découvrait et en jetait certains dans l'eau.

Elle laissait parler "les grandes personnes" !

Épilogue

 

Je demande alors aux parents s'ils avaient expliqué à leur petite fille le pourquoi de la séparation avec la grand'mère et la marraine ?

- Non répondirent-ils. Elle jouait dans la pièce voisine avec ses cousins. Elle n'écoutait pas. Et puis, à 2ans et demi, elle était bien trop petite que pour comprendre.

 

J'ai donc proposé aux parents d'expliquer leur dispute à Marie. L'enfant s'est alors approchée de son papa, l'a entraîné vers la douche, a ouvert le robinet, s'est glissée sous le jet d'eau puis est venue vers moi pour entrer ensemble dans le petit bassin !

La confiance s'était installée.

Les parents étaient bouche bée ...

 

Qu'a donc pu capter cette petite fille ?

Le plus important dans ce genre de situation c'était à mon avis :

  • d'informer l'enfant sur les motifs de la dispute. Il n'est pas nécessaire d'entrer dans les détails pour expliquer qu'un malentendu s'est glissé entre sa marraine et son papa.
  • de la rassurer qu'elle n'avait joué aucun rôle dans cette histoire et qu'elle n'était en rien responsable des problèmes des grandes personnes.
  • de dédramatiser la vision ou le vécu de l'eau : oui, l'eau peut être dangereuse mais en prenant les précautions d'usage, on se protège de la noyade
  • ...

Qu'est-ce qui fait qu'un enfant change brusquement de comportement ?

J'attirerai l'attention que lorsque cela arrive, l'enfant veut alors exprimer quelque chose. C'est son corps qui parle. C'est le moyen d'expression le plus simple et approprié pour lui/elle.

  • il se passe une situation grave ou traumatisante pour l'enfant
  • une oreille attentive et une mise en mots de la part des parents donneront des pistes
  • fixer son attention sur le comportement uniquement amène un jugement tel que "l'enfant fait un caprice". Cela ne fera qu'accentuer le côté répétitif chez l'enfant
  • savoir qu'il est plus facile pour un enfant de s'exprimer avec le corps plutôt qu'avec les mots...
  • éviter les «pourquoi tu fais ? ... ceci ou cela »
  • reconnaître que derrière tout comportement, il y a une émotion
  • mettre des mots sur cette émotion...

Essayez... vous me transmettrez le résultat de vos expériences !

Ce que je pense de cette situation vécue

  • Dans la mesure où l'adulte peut entendre l'enfant à travers son comportement sans le juger.
  • S'il peut reconnaître que tout comportement est un message.
  • Et s'il peut faire la distinction entre le comportement et l'enfant,

 

il y aura déjà une grosse part de résolution du problème en devenir.

 

C'est ainsi que se termine l'histoire de la petite fille qui ne voulait ni prendre son bain ni se laver les cheveux !

Et vous, auriez-vous envie d'ajouter quelque chose ?

 

Avez-vous des questions ?

Écrire commentaire

Commentaires: 0